Protéger et renforcer la démocratie

Le Parlement européen (PE) a adopté une résolution lors de sa session plénière à Bruxelles sur l’établissement d’un mécanisme de l’UE pour protéger et renforcer la démocratie, l’Etat de droit et les droits fondamentaux. Les députés ont demandé un mécanisme fondé sur des preuves afin de garantir que l’Union puisse véritablement défendre son ordre juridique, les droits fondamentaux des individus et la crédibilité internationale de l’Union contre la “dilution des valeurs européennes”. Selon la résolution adoptée par 521 voix pour, 152 voix contre et 21 abstentions, le mécanisme fonctionnerait sur un pied d’égalité pour tous les États membres, de manière équitable et impartiale, tout en respectant le principe de proportionnalité.


Les députés qui soutiennent la création de ce mécanisme s’inquiètent du “renforcement et de la consolidation des tendances autocratiques et illibérales”, exacerbées par l’épidémie de coronavirus et la corruption, la désinformation et “l’emprisonnement d’Etat” dans de nombreux Etats membres, selon la résolution. Selon eux, le mécanisme est nécessaire parce que l’union n’a pas les moyens de faire face à la “crise sans précédent et croissante” de ses valeurs fondamentales.


Ceci est également indiqué par le fait que le Conseil de l’Union européenne n’a pas été en mesure jusqu’à présent de faire des progrès substantiels dans les procédures prévues à l’article 7 du traité UE, de sorte que “la politique de la voie spéciale puisse se poursuivre sans entrave”. Ils ont déclaré qu’un accord était nécessaire entre les institutions de l’UE sur un cycle d’examen de la validité des valeurs européennes.
“Le nouveau cycle de suivi annuel fondé sur des recommandations spécifiques par pays devrait assurer simultanément la prévention et la correction des infractions”.
En outre, ils estiment que des mesures spécifiques liées à des délais et à des objectifs devraient être définies, conformément, entre autres, aux procédures de l’article 7, aux procédures d’infraction et à l’État de droit pour le versement des ressources budgétaires de l’UE dès leur entrée en vigueur. Selon la résolution, le mécanisme proposé par le PE consoliderait et remplacerait les instruments existants, y compris les rapports de la Commission sur l’état de droit.

Dans une déclaration au MTI, le député européen Fidesz Balázs Hidvéghi a souligné que le Parlement européen demandait à la Commission européenne d’établir une nouvelle procédure d’État de droit qui permettrait aux États membres de faire du chantage politique. En plus d’élargir le concept d’État de droit, il donnerait également aux États membres le pouvoir d’enquêter et de sanctionner les faux experts indépendants et les organisations non gouvernementales.


La majorité de gauche au Parlement européen utiliserait tous les moyens pour faire pression sur ceux qui pensent autrement. L’objectif est clairement de continuer à faire chanter les gouvernements qui poursuivent des idéologies qu’ils n’aiment pas dans le cadre de l’État de droit.

L’accord sur la digitalisation de l’accès à la justice bénéficiera aux citoyens

  • Les nouvelles règles renforcent la sécurité juridique et contribuent à réduire les retards et les coûts excessifs pour les citoyens
  • Environ 3,4 millions de procédures judiciaires civiles et commerciales en 2018 ont eu des implications transfrontalières

Mardi, les négociateurs du Parlement et du Conseil sont parvenus à un accord pour rendre l’accès à la justice plus rapide, moins cher et plus convivial pour les citoyens et les entreprises de l’UE.

Les deux textes législatifs en cours de négociation entre les deux législateurs de l’UE, respectivement sur l’obtention de preuves et sur la signification des documents, visent à rendre plus efficace la coopération judiciaire transfrontalière entre les tribunaux nationaux grâce à la digitalisation en matière civile et commerciale.

Declarations

Emil Radev (PPE, BG), rapporteur pour la Coopération entre les tribunaux: l’obtention des preuves en matière civile ou commerciale, a déclaré: “Les dispositions que nous avons adoptées auront un impact réel sur la vie quotidienne de nos citoyens européens. Les demandes d’obtention de preuves seront transmises entre les tribunaux des États membres de manière directe, rapide et fiable, tout en encourageant l’utilisation de la vidéoconférence. Cela permettra aux citoyens européens d’économiser du temps et de l’argent”.

Franco Roberti (S&D, IT), rapporteur pour le Service des actes judiciaires et extrajudiciaires en matière civile ou commerciale, a déclaré: “Cet accord constitue un pas en avant dans l’espace judiciaire européen en matière civile, fondé sur les principes de confiance mutuelle et de reconnaissance mutuelle des jugements. Il supprime les obstacles administratifs et offre aux citoyens et aux entreprises la certitude juridique que les documents ont les mêmes effets juridiques devant n’importe quelle juridiction de l’UE. Ce n’était pas une tâche facile, étant donné la pluralité des systèmes et traditions juridiques qui coexistent au sein de l’UE”.

Principaux éléments de l’accord:

Les tribunaux pourront échanger des documents par voie électronique: les modifications apportées aux deux règlements établissent un système informatique décentralisé qui permettra un échange de documents plus rapide, plus sûr et plus efficace entre les États membres.

  • Le système informatique décentralisé sera composé de systèmes informatiques nationaux interopérables, sans impliquer aucune institution de l’UE.
  • Protection des informations: les informations resteront strictement confidentielles et les données personnelles et la vie privée seront protégées lors de la transmission de documents et de l’obtention de preuves; les données personnelles jugées non pertinentes pour un cas spécifique seront immédiatement supprimées.
  • Utilisation accrue de la communication à distance: les technologies de communication modernes, telles que la vidéoconférence, qui peuvent réduire les coûts et permettre d’obtenir des preuves plus rapidement, seront utilisées de manière appropriée et avec le consentement de la personne à entendre.

Une plus grande sécurité juridique, combinée à des procédures simples et numérisées, encouragera les particuliers et les entreprises à effectuer des transactions transfrontalières, ce qui stimulera les échanges au sein de l’UE et, partant, le fonctionnement du marché intérieur.

Prochaines étapes

Le Parlement et le Conseil doivent maintenant approuver la version finale de l’accord avant qu’il ne soit publié au Journal officiel de l’Union européenne. Les deux règlements entreront en vigueur 20 jours après leur publication.

Informations générales

Les deux propositions constituent un ensemble destiné à moderniser la coopération judiciaire en matière civile et commerciale et à remplacer le système international antérieur, plus lourd, des conventions de La Haye entre les États membres.

Le règlement existant sur la signification et la notification des actes met en place une procédure de transmission rapide et normalisée pour la signification et la notification des actes entre les tribunaux et les autres parties dans différents pays de l’UE. Le règlement sur l’obtention de preuves fournit un cadre pour l’assistance judiciaire transfrontalière entre les pays de l’UE en facilitant la collecte de preuves par-delà les frontières.

fr Français
X