Finance verte. L’UE définit la fabrication durable de plastique.

La production de plastiques peut être considérée comme une activité économique “durable” en Europe, à condition qu’elle soit “entièrement produite par recyclage mécanique des déchets plastiques” ou par des procédés de recyclage chimique, si des normes d’émission minimales sont respectées, selon une proposition de l’UE vue par EURACTIV.

Dans les prochains jours, les nouvelles normes devraient être officiellement présentées dans le cadre de la taxonomie financière durable de l’UE, qui détermine les investissements qui contribuent de manière substantielle à la lutte contre le changement climatique.

L’objectif des fabricants de plastiques est donc d’obtenir la classification “investissement durable”, afin qu’ils puissent recevoir des investissements privés et travailler sur la prochaine génération de produits en plastique, dérivés de déchets récupérés et de procédés de recyclage chimique.

Le projet de texte de l’UE fixe également des normes pour ce processus, par lequel les plastiques sont dissous et décomposés en produits chimiques simples.

Pour être considérés comme “durables”, les plastiques issus du recyclage chimique doivent être responsables, tout au long de leur cycle de vie, d’émissions de gaz à effet de serre plus faibles que celles produites à partir de matières premières fossiles, indique le projet.

Le prix du pétrole a chuté en raison de la pandémie de Covid-19, rendant les matériaux à base de combustibles fossiles vierges plus attrayants que les plastiques recyclés. Des raisons de santé et de sécurité y contribuent également, notamment pour les emballages alimentaires.

Les préoccupations concernant le plastique recyclé dans la taxonomie

L’eurodéputée verte Jutta Paulus a déclaré qu’elle était favorable au recyclage chimique des plastiques, mais que la taxonomie durable devrait établir plus clairement une hiérarchie du traitement des déchets.

“Il serait utile d’avoir une différenciation dans la taxonomie, en disant d’abord réduire, puis réutiliser, puis recycler mécaniquement et enfin recycler chimiquement les plastiques”, a-t-elle déclaré. Le processus chimique ne doit pas interrompre la dynamique vers d’autres bonnes pratiques.

Selon Janek Vahk de l’ONG Zero Waste Europe, inclure le recyclage chimique dans la taxonomie durable peut être une arme à double tranchant. “Il permettrait des procédés qui impliquent une forte dépense énergétique et une faible récupération du plastique recyclé”, a-t-il déclaré.

Le pire scénario serait que le recyclage chimique soit encouragé au détriment de processus moins consommateurs d’énergie comme le recyclage mécanique. M. Vahk a cité le risque de “blanchiment écologique“, qui est exactement ce que la taxonomie vise à éviter.

Jutta Paulus est également du même avis et craint que l’industrie du recyclage chimique ne tente de faire passer le processus pour moins polluant qu’il ne l’est en réalité.

Cela contraste avec l’optimisme prudent de la Commission européenne, qui s’est engagée à atteindre 10 millions de tonnes de plastique recyclé utilisé dans les produits d’ici 2025. “Il faut plus d’informations sur les performances environnementales de ces technologies, en particulier en matière de consommation d’énergie”, a déclaré Kęstutis Sadauskas, directeur de la direction de l’environnement de la Commission européenne, dans une interview accordée en juillet.

Opportunités des fonds européens de relance post-COVID-19 dans la transition vers une économie circulaire et climatiquement neutre.

L’histoire montre que les crises à grande échelle nous obligent à repenser de manière significative et à créer des opportunités pour mieux reconstruire. Le produit intérieur brut (PIB) est un moyen pour atteindre une fin, et non une fin. L’UE devrait présenter une vision ambitieuse et tournée vers l’avenir pour une économie axée sur les objectifs de développement durable des Nations unies. Des exemples réussis dans les domaines de l’énergie, de l’industrie, de l’alimentation et de la santé illustrent la manière dont la transition vers des économies circulaires et neutres sur le plan climatique peut être encouragée. Parmi les mesures de relance économique vertes spécifiques qui stabilisent les moyens de subsistance, créent des emplois et réduisent l’impact biophysique, on peut citer :

– des investissements dans des infrastructures physiques propres sous la forme d’actifs dans le domaine des énergies renouvelables, du stockage (y compris de l’hydrogène), de la modernisation du réseau,

– les dépenses liées à l’efficacité énergétique des bâtiments pour les rénovations et les modernisations, y compris l’amélioration de l’isolation, du chauffage et des systèmes de stockage d’énergie domestique,

– l’investissement dans l’éducation et la formation pour faire face au chômage immédiat dû à la COVID-19 et aux changements structurels liés à la décarbonisation,

– l’investissement dans le capital naturel pour la résilience et la régénération des écosystèmes, y compris la restauration des habitats riches en carbone et une agriculture respectueuse du climat

– les dépenses de R&D propre.

Ces mesures sont plus efficaces lorsqu’elles s’accompagnent des éléments suivants : tarification intégrale du carbone, priorité à l’investissement dans les infrastructures et l’innovation vertes, suppression progressive des subventions et des exonérations fiscales pour les activités à forte intensité d’émissions et promotion du financement vert. Bien que COVID-19 ait réduit les émissions de GES en 2020, l’impact global sera déterminé par les choix d’investissement. Dans le climat économique actuel, l’investissement public est un moteur essentiel de la transition vers une économie plus durable. Les réglementations sont efficaces pour orienter les investissements vers des domaines qui sont socialement souhaitables. Après s’être concentrées sur la survie des PME à court terme, les politiques doivent s’orienter vers une approche plus structurelle et à plus long terme, fondée sur la promotion de leur renouvellement et de leur croissance par l’innovation, l’internationalisation et la mise en réseau. Une reprise saine, verte et juste améliore la santé générale, la préparation et la résilience face aux futures pandémies.

Contexte

Fin 2019, la Commission européenne a adopté une stratégie de croissance verte dans le cadre du “European Green Deal” (EGD). L’EGD répond à l’aggravation de la crise climatique en permettant à l’UE d’atteindre des émissions nettes de GES nulles d’ici 2050. En outre, l’EGD vise à “protéger la santé et le bien-être des citoyens contre les risques et les impacts liés à l’environnement” et à établir un environnement sans toxicité, à fournir une alimentation saine et durable et à protéger la biodiversité. Le Parlement européen (PE) soutient la CDE en demandant une plus grande ambition, notamment un objectif de réduction des émissions de 60 % d’ici 2030.

Le plan de relance de l’UE de prochaine génération “vise à remédier aux dommages causés par la pandémie et à investir dans une UE verte, numérique, sociale et plus résistante”, ainsi qu’à réduire les risques d’une nouvelle fragmentation de l’UE. Le mécanisme de relance et de résilience de l’UE est “le principal instrument de relance au cœur de l’UE de la prochaine génération, qui aidera l’UE à sortir plus forte et plus résistante de la crise actuelle”. La FRR fournira des prêts et des subventions en guise de soutien financier initial pour les premières années cruciales de la reprise. 

Le calendrier de la majorité des paiements effectués au titre du FRR fait douter de leur adéquation à une politique budgétaire essentiellement anticyclique. Les fonds de l’UE pourraient également s’inscrire dans une stratégie à moyen terme axée sur des dépenses de qualité et des investissements tournés vers l’avenir. Bien que la conception du fonds de relance, dont l’accent est mis principalement sur le FRR, laisse la responsabilité aux gouvernements nationaux, des conditions claires sont essentielles pour atteindre une économie verte et les objectifs de développement durable.

Dans le récent discours sur l’état de l’Union, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a notamment évoqué la fragilité et la nécessité d’une réponse communautaire. “Un virus mille fois plus petit qu’un grain de sable a montré à quel point la vie peut être délicate. Il a mis à nu les tensions qui pèsent sur nos systèmes de santé et les limites d’un modèle qui privilégie la richesse au détriment du bien-être. Il a mis en évidence la fragilité de la planète que nous constatons chaque jour à travers la fonte des glaciers, les incendies de forêts et maintenant les pandémies mondiales”. Ce recadrage est utile pour réaliser la reprise post-COVID-19 dans la transition vers une économie circulaire et neutre sur le plan climatique, car le découplage (absolu) des émissions de GES par rapport au PIB reste insaisissable.

Aperçu général

Il est essentiel de saisir les opportunités offertes par l’orientation des fonds européens de relance vers une économie circulaire et climatiquement neutre. L’expérience passée montre que les réponses politiques aux catastrophes majeures ont tendance à se concentrer sur la stabilisation des industries, des technologies et des pratiques établies, plutôt que de saisir l’opportunité d’une réforme structurelle et d’une transformation durable. Pendant la pandémie COVID-19, nous avons vu comment les mesures de blocage prises dans le monde entier ont permis de réduire la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre grâce à la réduction des transports, de la production d’électricité et de la production industrielle.  La crise COVID-19 a ouvert une fenêtre d’opportunité pour le changement et pour “rebondir” par l’adaptation et la transformation. Par exemple, de nouveaux concepts de bien-être humain sont en cours de discussion qui incluent le renforcement des chaînes de valeur locales, la résilience sociale et des écosystèmes et, en même temps, la réduction des vulnérabilités sociales et économiques. Dans l’UE, l’économie sociale a été approuvée par le Conseil de l’UE en octobre 2019 et par le Comité économique et social européen (CESE) en janvier 2020. Un récent examen systématique des données sur le découplage du PIB, de l’utilisation des ressources et des émissions de GES a montré que “les taux de découplage observés ne permettent pas d’obtenir des réductions absolues importantes et rapides de l’utilisation des ressources et des émissions de GES, et le découplage doit donc être complété par des stratégies axées sur la suffisance et l’application stricte d’objectifs de réduction absolue”.

Les stratégies axées sur la suffisance signifient “la réduction directe de la production économique dans de nombreux secteurs et la réduction parallèle de la consommation”, et comprennent des instruments politiques restrictifs du côté de l’offre”. Les études sur la consommation durable soutiennent de plus en plus qu’un virage décisif vers une “gouvernance forte de la consommation durable”, c’est-à-dire une concentration claire sur la réduction du volume des ressources matérielles et énergétiques consommées tout en maintenant les niveaux de bien-être, sera une clé nécessaire pour une décarbonisation profonde”. De nouvelles formes de solidarité (par exemple le crowdfunding, le crowdsourcing, les hackathons) ont émergé ainsi que de nouvelles formes d’infrastructures sociales/technologiques/travail.

Les avantages connexes en matière de santé l’emportent sur le coût politique de la réalisation de l’objectif associé à l’accord de Paris. Dans certaines des stratégies d’atténuation, les co-bénéfices médians étaient le double des coûts médians au niveau mondial. Le rapport entre les avantages indirects pour la santé au niveau mondial et le coût de l’atténuation variait de 1-4 à 2-45, selon le scénario. Dans l’Union européenne, pour un scénario de politique de 1,5 °C, jusqu’à 84 % des coûts de réduction des émissions de GES pourraient être compensés par les bénéfices pour la santé.

L’Allemagne et la France, à titre individuel, et l’UE dans son ensemble, prévoient une relance verte dans laquelle les avantages pour le climat et la nature l’emportent sur les effets négatifs. Il existe un réel danger que certains gouvernements utilisent la reprise pandémique pour faire reculer la législation sur le climat et l’environnement et entreprendre des interventions “rouges” (à forte intensité de carbone), comme le sauvetage de l’industrie des combustibles fossiles.

Pour les petites et moyennes entreprises (PME), la situation est mitigée. Alors que certains gouvernements accordent d’importantes aides de trésorerie et de sauvetage aux entreprises, les PME de divers pays bénéficient temporairement d’un report du paiement des impôts et des cotisations de sécurité sociale, ainsi que de la suspension des procédures de faillite. En général, les mesures de redressement ne visent pas à favoriser les PME par rapport aux grandes entreprises. L’OIT estime que l’impact de COVID-19 entraînera une hausse du chômage mondial comprise entre 5,3 millions (scénario “bas”) et 24,7 millions (scénario “haut”), ce qui indique que “le maintien des activités commerciales sera particulièrement difficile pour les PME “22. Le dosage des politiques en réponse à la COVID-19 devra passer de son objectif initial, à savoir la survie des PME européennes à court terme, à une approche plus structurelle et à plus long terme fondée sur la promotion de leur renouvellement et de leur croissance par l’innovation, l’internationalisation et la mise en réseau.

Exemples

Secteurs économiques spécifiques dans lesquels des mesures de relance verte ont été mises en œuvre et où il est possible de rechercher d’autres opportunités et d’obtenir une valeur ajoutée.

1. Énergie

Les principales interventions que les gouvernements européens ont récemment annoncées ou mises en œuvre avec succès :

– l’Allemagne : Financement supplémentaire pour un programme de rénovation des bâtiments axé sur le CO2,

– Berlin, Oslo, Bristol, Londres : Les maires se sont engagés à passer des combustibles fossiles à l’énergie verte,

– Italie : Le gouvernement italien a offert une déduction fiscale de 110 % sur 5 ans pour la réalisation de nouvelles installations photovoltaïques résidentielles.

Pour prendre des mesures supplémentaires, les approches suivantes pourraient être adoptées :

a. Un nouveau paradigme dans le secteur de l’électricité.

Des températures plus élevées devraient augmenter la demande d’électricité pour le refroidissement, réduire la demande de chauffage et diminuer la production d’électricité des centrales thermiques. De nombreuses villes et entreprises se sont engagées à électrifier tous les véhicules de leur flotte dans les années à venir. La combinaison de sources d’énergie décentralisées et de la numérisation permettant aux clients de produire leur propre électricité, devenant ainsi des “prosommateurs”, à la fois consommateurs et producteurs d’électricité, ou même des “prosomagers” qui stockent également leur électricité, ouvre de nouvelles possibilités pour une diffusion rapide des solutions de micro énergies renouvelables. Les communautés énergétiques comprennent les centrales électriques virtuelles, les échanges entre pairs, les micro-réseaux et les projets énergétiques à l’échelle communautaire. On s’attend généralement à ce que les ajouts de capacité aux ressources énergétiques distribuées sous la forme d’infrastructures physiques, telles que le photovoltaïque solaire, les groupes électrogènes, le stockage d’énergie contrôlable et les véhicules électriques, jouent un rôle de plus en plus important.

Les cadres politiques au niveau européen devraient prendre en compte le potentiel des ressources énergétiques distribuées et permettre de plus en plus ces innovations sociales.

b. Déployer les énergies renouvelables à grande échelle.

Étant donné que les coûts d’investissement des technologies basées sur la biomasse varient considérablement en fonction du type de matière première, la compétitivité des coûts de la biomasse par rapport aux combustibles fossiles et au nucléaire dépend du type de matière première. Par conséquent, l’investissement dans les énergies renouvelables et la dépendance à l’égard des énergies renouvelables pour l’électricité, la chaleur et la mobilité sont non seulement souhaitables sur le plan environnemental, mais aussi rationnels sur le plan économique.

Malgré une augmentation plus rapide pour les énergies renouvelables et un déclin “structurel” pour le charbon, il est trop tôt pour déclarer un pic dans la consommation mondiale de pétrole, à moins d’une action climatique plus forte. La demande de gaz pourrait augmenter de 30 % d’ici 2040, à moins que la réponse politique au réchauffement climatique ne s’intensifie. Cela signifie que, si les émissions mondiales de CO2 ont effectivement atteint un pic, elles sont “loin du pic et de la baisse immédiats” nécessaires pour stabiliser le climat. Les perspectives énergétiques mondiales pour 2020 comprennent également une modélisation détaillée d’une trajectoire de 1,5 °C qui permettra d’atteindre des émissions nettes de CO2 d’ici 2050. Il indique que le changement de comportement individuel, comme le travail à domicile “trois jours par semaine”, jouerait un rôle “essentiel” pour atteindre ce nouveau “cas d’émissions nettes zéro d’ici 2050”.

c. Décarbonisation sans nucléaire

Selon les évaluations de la littérature multidisciplinaire, l’énergie nucléaire ne peut pas être considérée comme une technologie de transition ou de transition car elle n’est pas la meilleure de sa catégorie en ce qui concerne son potentiel d’atténuation du changement climatique. En outre, elle conduirait à un verrouillage des centrales au charbon à forte intensité de carbone pendant une période pouvant aller jusqu’à 10-20 ans, jusqu’à ce que les nouvelles centrales nucléaires construites pour les remplacer deviennent opérationnelles. On peut même considérer qu’elle entrave le déploiement d’autres alternatives à faible intensité de carbone en raison de sa forte intensité capitalistique, qui pourrait être consacrée à la mise à l’échelle de sources d’énergie alternatives comme le solaire, le vent et l’eau.

2. Alimentation et santé

Les principales actions que les gouvernements en Europe ont récemment annoncées ou mises en œuvre avec succès :

– 25 régions européennes : contribution des petites exploitations agricoles à la production régionale,

– Allemagne : Les conseils de politique alimentaire (Ernährungsräte) de Berlin et de Cologne travaillent systématiquement à rendre les systèmes alimentaires locaux plus durables,

– France : Meilleur score en matière de politique et d’action gouvernementale, notamment en ce qui concerne la réponse aux pertes alimentaires, la lutte contre les pertes au niveau de la distribution, la gestion des approvisionnements en eau, l’atténuation du changement climatique et la réponse politique aux régimes alimentaires malsains. La France pénalise les supermarchés pour le gaspillage alimentaire,

– Pays-Bas : les consommateurs et l’évolution des institutions informelles sont les moteurs des substituts de viande d’origine végétale ; la percée de ces technologies et produits est étroitement liée à la formation de nouvelles pratiques et institutions d’utilisateurs.

Pour prendre de nouvelles mesures, les approches suivantes pourraient être adoptées :

La stratégie “de la ferme à la table” (F2F) est une composante importante de la directive sur l’agriculture biologique et porte sur la durabilité des systèmes alimentaires de l’UE. Outre les effets positifs sur la santé de la réduction des émissions et de la pollution résultant d’une production et d’une transformation durables des aliments, la stratégie vise à impliquer le consommateur en encourageant une évolution du régime alimentaire vers une consommation accrue d’aliments durables, notamment de légumes, de fruits, de céréales complètes, de noix et de graines, et une réduction de la consommation de viande rouge et de viande transformée.

L’accélération du passage à des stratégies de transport durable, comme le propose la directive sur les transports durables, pourrait avoir des effets bénéfiques majeurs sur la santé, en particulier si l’on encourage les déplacements actifs, comme la marche et le vélo, ainsi qu’une plus grande utilisation des transports publics.

3. Les industries difficiles à abattre

Les principales interventions que les gouvernements européens ont récemment annoncées ou mises en œuvre avec succès :

– Le Danemark : Subventions de 0,14 milliard d’USD pour financer l’électrification et l’efficacité énergétique dans l’industrie pendant la période 2020-24 afin de promouvoir une “transition verte”,

– Allemagne : le gouvernement vise à réduire les émissions de l’industrie lourde, des trains, des camions et des avions en soutenant la transition énergétique. Un soutien sera accordé au développement d’entreprises fournisseurs, d’infrastructures pour l’H2 telles que les stations-service et les pipelines, ainsi qu’à la recherche sur l’H2. Cela devrait permettre de créer 470 000 nouveaux emplois.

Pour prendre d’autres mesures, les approches suivantes pourraient être adoptées :

a. D’une compagnie pétrolière à forte intensité de carbone à un fournisseur d’énergie durable

Les pratiques commerciales non durables ont été prolongées par l’inaction climatique. La tarification de la pollution environnementale, de l’utilisation des matériaux et des GES en dessous des coûts sociaux équivaut à une subvention pour les entreprises polluantes. Pendant des décennies, cela a entravé le développement des entreprises produisant de manière durable et les a souvent confinées dans une niche. Les entreprises dont le cœur de métier n’est pas durable ou qui ont une très forte intensité énergétique sont particulièrement difficiles à transformer. La diversification horizontale au-delà du pétrole et du gaz vers les énergies renouvelables représente désormais une opportunité stratégique pour les acteurs industriels établis. La plupart des entreprises du secteur pétrolier et gazier ont pris certaines mesures pour entrer dans le monde des énergies renouvelables en investissant dans une série d’activités axées sur les énergies renouvelables, telles que l’énergie géothermique, les algues pour les biocarburants, le biodiesel et les stations de recharge solaires pour les voitures électriques.

Les réponses des entreprises au changement climatique s’expriment également à travers le langage des orientations éthiques non instrumentales associées aux notions de citoyenneté d’entreprise, de RSE politique et de conservatisme vert. Les responsables de la durabilité sont confrontés à des dilemmes éthiques difficiles sur la manière de répondre aux compromis entre les intérêts des entreprises et les intérêts publics plus larges dans la gestion du changement climatique.

b. Production d’acier sans carbone

Le fer et l’acier, les produits chimiques, le ciment, les métaux non ferreux, le papier et la pâte à papier, etc. sont appelés industries à forte intensité énergétique parce qu’elles utilisent les ressources énergétiques comme matière première primaire. L’efficacité énergétique a joué un rôle majeur dans la réduction de l’intensité énergétique et des émissions du secteur industriel. La volonté actuelle de produire de l’acier à faible émission de CO2 a conduit à l’adoption de la technologie de réduction directe Energiron ZR pour utiliser des niveaux élevés d’hydrogène comme réducteur dans plusieurs projets pilotes européens visant à produire de l’acier à faible ou à zéro carbone. Un consortium, composé de Voestalpine, Siemens, VERBUND et Austrian Power Grid et de partenaires scientifiques, construit actuellement l’une des plus grandes usines d’électrolyse au monde pour la production d’hydrogène vert. Ensemble, ils travaillent à la réalisation de l’usine de démonstration innovante de l’hydrogène sur le site de Voestalpine à Linz en vue de produire de l’acier sans carbone.

4. Mobilité

Les principales interventions que les gouvernements européens ont récemment annoncées ou mises en œuvre avec succès :

– l’Autriche : Renflouement d’Austrian Airlines lié à plusieurs conditions climatiques telles que la réduction des émissions des vols intérieurs d’ici 2030, la fin des vols lorsqu’il existe une liaison ferroviaire de moins de 3 heures, et le prix minimum des billets par le biais de redevances et de taxes,

– France : Renflouement d’Air France lié aux conditions climatiques telles que l’amélioration de l’efficacité de la flotte, la réduction des émissions des vols intérieurs d’ici 2024, et un mandat de carburant d’ici 2025,

– le Portugal et les Pays-Bas ont signé un protocole d’accord pour développer l’hydrogène vert en Europe , et ont affirmé leur intention de mettre en place une chaîne de valeur stratégique d’exportation et d’importation pour assurer la production et le transport de l’hydrogène vert.

Pour prendre des mesures supplémentaires, les approches suivantes pourraient être adoptées

a. Hydrogène vert

Un grand nombre de projets d’hydrogène vert démarrent. La France a déjà dévoilé en 2018 un plan d’investissement de 100 millions d’euros pour cette technologie. Hydrogène de France (HDF) a investi 90 millions d’euros dans un projet d’hydrogène en Guyane. La France a déployé des bus de passagers à hydrogène. L’Auvergne La région Auvergne Rhône-Alpes a engagé 200 millions d’euros pour 1 000 véhicules à hydrogène et 15 électrolyseurs. L’Allemagne prévoit la création de 20 laboratoires de recherche, pour un budget total de 100 millions d’euros.

b. Mobilité en tant que service (MaaS)

La numérisation et la décarbonisation se rencontrent dans le MaaS, qui est “un type de service qui, grâce à un canal numérique commun, permet aux utilisateurs de planifier, de réserver et de payer de multiples types de services de mobilité”. Il s’agit d’une innovation collaborative et potentiellement perturbatrice, car les développements de MaaS nécessitent une collaboration entre de multiples acteurs publics et privés, et que la diffusion de MaaS pourrait transformer les pratiques actuelles au sein du régime de mobilité personnelle. Le secteur public dispose d’un outil clé dans le domaine des MaaS.

Actuellement, le projet ULTIMOB (Ultimative Integrated Mobility Solutions – financé par l’Agence autrichienne de promotion de la recherche FFG) analyse l’utilisation des MaaS dans quatre types de régions, qui sont difficiles à atteindre avec les instruments habituels de mobilité durable (par exemple, le transport induit par le tourisme dans une vallée du Tyrol, la zone périurbaine autour de Graz). Les résultats du projet comprennent des centres multimodaux pour accélérer les effets des changements modaux dans le trafic quotidien, des solutions pour la logistique des bagages des touristes sur le dernier kilomètre, etc. en les aidant à répondre à leurs besoins de mobilité et à résoudre les parties peu pratiques des trajets individuels ainsi que l’ensemble du système de services de mobilité. En regroupant tous les services de transport sous un seul paiement (parfois forfaitaire), MaaS aide les gens à organiser leur mode de déplacement, simplifie et améliore l’expérience du voyageur pour promouvoir l’utilisation des transports publics.

Un service MaaS réussi apporte également de nouveaux modèles commerciaux et de nouvelles façons d’organiser et d’exploiter les différentes options de transport, avec des avantages pour les opérateurs de transport, notamment l’accès à des informations améliorées sur les usagers et la demande et de nouvelles possibilités de répondre à la demande non satisfaite. L’objectif de MaaS est de fournir des alternatives à l’utilisation de la voiture particulière qui peuvent être aussi pratiques, plus durables, contribuer à réduire les encombrements et les contraintes en matière de capacité de transport, et qui peuvent être encore moins coûteuses. Avec le soutien du secteur public, MaaS peut être un élément parmi d’autres pour une reprise verte.

Estimation globale des effets totaux que ces opportunités et valeurs ajoutées pourraient avoir, à la fois en termes de réduction des coûts et d’accélération de la transition verte.

Les actions visant à soutenir la transition vers une économie plus durable comprennent le renforcement de la tarification du carbone, la priorité donnée aux investissements dans les infrastructures vertes et l’innovation, la réduction des subventions et des exonérations fiscales pour les activités à forte intensité d’émissions et la promotion du financement vert.

Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment appelé les pays à augmenter les investissements publics dans les infrastructures numériques et les technologies vertes, et à soutenir la reprise économique après la pandémie de coronavirus. Les économies avancées devraient profiter des coûts d’emprunt historiquement bas pour augmenter immédiatement les dépenses de maintenance des infrastructures.

Les gouvernements devraient concentrer leur attention sur les projets de maintenance à petite échelle tout en préparant des plans pour les nouvelles infrastructures, en particulier les grands projets de transformation qui apporteraient des avantages économiques dans la période post-COVID-19.

L’ampleur des mesures de relance aura un effet plus marqué sur le degré de transformation, avec une augmentation de 1,2 % par PIB des investissements verts annuels mondiaux, ce qui entraînera une réduction plus importante des émissions et permettra d’atteindre l’objectif de l’accord de Paris. Toutefois, il existe également un risque élevé que les émissions de carbone reviennent aux niveaux d’avant la mise en œuvre du programme COVID si les gouvernements ne réorientent pas les investissements des combustibles fossiles vers le développement à faible intensité de carbone ou s’ils continuent à soutenir les combustibles fossiles dans leurs dépenses de relance.

Cinq politiques ayant des multiplicateurs économiques et un impact sur le climat élevés sont : (1) les investissements dans les infrastructures physiques propres sous la forme d’actifs dans le domaine des énergies renouvelables, du stockage (y compris de l’hydrogène), de la modernisation des réseaux ; (2) les dépenses en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments pour les rénovations et les modernisations, y compris l’amélioration de l’isolation, du chauffage et des systèmes de stockage de l’énergie domestique ; (3) les investissements dans l’éducation et la formation pour lutter contre le chômage immédiat lié à COVID-19 et les changements structurels liés à la décarbonisation ; (4) les investissements dans le capital naturel pour la résilience et la régénération des écosystèmes, y compris la restauration des habitats riches en carbone ; et (5) l’agriculture respectueuse du climat et les dépenses en R&D propre.

Les avantages connexes des politiques climatiques comprennent la réduction des déchets, de l’inefficacité, de la pollution, des embouteillages et du gaspillage alimentaire, ainsi que l’amélioration des résultats en matière de santé, de la biodiversité et de la durabilité des écosystèmes.

Recommandations finales sur les actions politiques

Selon les perspectives énergétiques mondiales 2020 de l’AIE, l’obtention d’émissions nettes nulles nécessitera des efforts “sans précédent” de la part de toutes les parties de l’économie mondiale, et pas seulement du secteur de l’électricité. Les mesures de relance verte permettent d’obtenir de meilleurs résultats en matière d’économie, d’emploi et d’environnement.

Des exemples réussis dans les domaines de l’énergie (électricité, chauffage et mobilité), de l’industrie, de l’alimentation et de la santé illustrent la manière dont la transition vers des économies circulaires et neutres sur le plan climatique peut être encouragée. Les mesures de relance économique vertes stabilisent les moyens de subsistance, créent des emplois et réduisent l’impact biophysique. Ces mesures seront plus efficaces si elles s’accompagnent des éléments suivants : tarification intégrale du carbone, priorité aux investissements dans les infrastructures vertes et l’innovation, suppression progressive des subventions et des exonérations fiscales pour les activités à forte intensité d’émissions et promotion du financement vert.

Les mesures qui mettent en avant le déclin maîtrisé des combustibles fossiles devraient être au cœur du plan de relance vert. Cela inclut le maintien de la réglementation environnementale, la suppression progressive des subventions aux combustibles fossiles et l’absence de renflouement des entreprises liées aux combustibles fossiles. Cela exclut les mesures d’aide aux travailleurs devenus chômeurs à la suite de la fermeture de centrales au charbon par exemple, ou le financement de programmes de recyclage pour les travailleurs du secteur des combustibles fossiles.

Les opinions exprimées dans ce document sont de la seule responsabilité des auteurs et ne représentent pas nécessairement la position officielle du Parlement européen.

Le document complet est disponible sur Internet à l’adresse suivante : www.europarl.europa.eu/supporting-analyses.

fr Français
X