Finance verte. L’UE définit la fabrication durable de plastique.

La production de plastiques peut être considérée comme une activité économique “durable” en Europe, à condition qu’elle soit “entièrement produite par recyclage mécanique des déchets plastiques” ou par des procédés de recyclage chimique, si des normes d’émission minimales sont respectées, selon une proposition de l’UE vue par EURACTIV.

Dans les prochains jours, les nouvelles normes devraient être officiellement présentées dans le cadre de la taxonomie financière durable de l’UE, qui détermine les investissements qui contribuent de manière substantielle à la lutte contre le changement climatique.

L’objectif des fabricants de plastiques est donc d’obtenir la classification “investissement durable”, afin qu’ils puissent recevoir des investissements privés et travailler sur la prochaine génération de produits en plastique, dérivés de déchets récupérés et de procédés de recyclage chimique.

Le projet de texte de l’UE fixe également des normes pour ce processus, par lequel les plastiques sont dissous et décomposés en produits chimiques simples.

Pour être considérés comme “durables”, les plastiques issus du recyclage chimique doivent être responsables, tout au long de leur cycle de vie, d’émissions de gaz à effet de serre plus faibles que celles produites à partir de matières premières fossiles, indique le projet.

Le prix du pétrole a chuté en raison de la pandémie de Covid-19, rendant les matériaux à base de combustibles fossiles vierges plus attrayants que les plastiques recyclés. Des raisons de santé et de sécurité y contribuent également, notamment pour les emballages alimentaires.

Les préoccupations concernant le plastique recyclé dans la taxonomie

L’eurodéputée verte Jutta Paulus a déclaré qu’elle était favorable au recyclage chimique des plastiques, mais que la taxonomie durable devrait établir plus clairement une hiérarchie du traitement des déchets.

“Il serait utile d’avoir une différenciation dans la taxonomie, en disant d’abord réduire, puis réutiliser, puis recycler mécaniquement et enfin recycler chimiquement les plastiques”, a-t-elle déclaré. Le processus chimique ne doit pas interrompre la dynamique vers d’autres bonnes pratiques.

Selon Janek Vahk de l’ONG Zero Waste Europe, inclure le recyclage chimique dans la taxonomie durable peut être une arme à double tranchant. “Il permettrait des procédés qui impliquent une forte dépense énergétique et une faible récupération du plastique recyclé”, a-t-il déclaré.

Le pire scénario serait que le recyclage chimique soit encouragé au détriment de processus moins consommateurs d’énergie comme le recyclage mécanique. M. Vahk a cité le risque de “blanchiment écologique“, qui est exactement ce que la taxonomie vise à éviter.

Jutta Paulus est également du même avis et craint que l’industrie du recyclage chimique ne tente de faire passer le processus pour moins polluant qu’il ne l’est en réalité.

Cela contraste avec l’optimisme prudent de la Commission européenne, qui s’est engagée à atteindre 10 millions de tonnes de plastique recyclé utilisé dans les produits d’ici 2025. “Il faut plus d’informations sur les performances environnementales de ces technologies, en particulier en matière de consommation d’énergie”, a déclaré Kęstutis Sadauskas, directeur de la direction de l’environnement de la Commission européenne, dans une interview accordée en juillet.

fr Français
X